La France veut que Netflix et Amazon investissent 25% de leurs revenus dans le contenu local

La France souhaite que des services de streaming comme Netflix et Amazon investissent un quart de leurs ventes dans le pays dans des productions françaises et européennes, plus que ce qui avait été évoqué précédemment dans le cadre d’une réforme réglementaire.

Le gouvernement a l’intention de moderniser un système qui a longtemps vu les radiodiffuseurs et les cinémas subventionner la production d’émissions de télévision et de films locaux pour inclure les entreprises de streaming qui ont jusqu’à présent fait face à moins de demandes.

Amazon Prime Video

Le ministre de la Culture, Franck Riester, a rencontré mardi des représentants de l’industrie au sujet de la réforme, qui doit être reprise par les législateurs en avril.

Télécharger l ‘application Netflix

L’obligation pour les entreprises de streaming d’investir dans du contenu local est conforme à une récente directive de l’UE sur les services de médias audiovisuels, et selon un document du ministère consulté par l’AFP, les entreprises de streaming seront confrontées à différentes obligations d’investissement en fonction de leur contenu.

Ceux qui proposent une grande variété de programmes devront investir au moins 16% de leurs revenus dans le contenu local – un niveau qui avait été évoqué lors du dévoilement de la réforme l’année dernière. Cependant, le document contient également un taux non divulgué de 25% pour les sites de streaming qui proposent principalement des séries télévisées et des films, une catégorie qui comprendrait à la fois Netflix et Amazon.

Lorsqu’il a dévoilé la réforme l’année dernière, Riester a menacé d’aller jusqu’à bloquer les sites de streaming qui refusaient de se conformer aux exigences d’investissement.

Netflix en particulier développe du contenu local depuis plusieurs années, avec sa première grande production française intitulée Marseille mettant en vedette l’un des acteurs les plus connus de France, Gérard Depardieu, en première en 2016.

Lire aussi:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*